Après les vacances en famille

Les vacances en famille se sont achevées hier soir pour moi. J’ai quitté mes enfants sur le parking de la gare, le cœur serré. Je les ai embrassées plusieurs fois, avec un sentiment de tristesse, de soulagement et de joie. Tristesse d’être séparées d’elles trois après notre grand voyage, trois semaines en camping car, en France, en Espagne et au Portugal. Trois semaines d’aventures, d’éclats de rires, d’éclats de voix, de découvertes, de paysages fantastiques, de petits déjeuner chaque jours différents, d’aires de jeux, de jeux avec des enfants parlant différentes langues, de retrouvailles avec notre grand groupe d’amis au fin fond du Portugal pour un mariage champêtre chic au milieu des terrasses d’olivier, dominants toute la vallée. Trois semaines de cododo, avec l’une ou avec l’autre, de réveils tendres et ensommeillés, de baisers, de morsures et de tétées sans fins avec la petite A. J’ai aussi ressenti du soulagement et de la joie, à l’idée d’avoir d’un coup d’un seul, autant de temps pour moi. Que faire de tout ce temps ? Ecrire, écrire, écrire, comme si ma vie en dépendait !

Ce matin, je dois partir au travail, et même ce trajet m’enchante…