Les vacances à la maison

Cette semaine, Y. est en vacances. R. est revenue de chez ses grands-parents et L. est restée avec nous.

Nous sommes tous les 4 à la maison et j’aime ces journées.

Je sens que R. est encore bouleversée par la grossesse. Régulièrement, elle fait preuve d’insolence, répétant toutes nos phrases comme un perroquet, tirant la langue à nos demandes, faisant exactement ce que l’on vient de lui interdire de faire. On gronde, on punit, on se fait menaçants. Puis le moment d’après, lors d’un câlin, d’une sortie à deux, elle se blottit contre l’un d’entre nous, nous demande pardon, nous dit qu’elle nous aime ou à quel point elle est heureuse.

Cette semaine, nous alternons du tri, du rangement, de l’administratif, du ménage, et des sorties culturelles et festives dans la capitale. Cette semaine, je me repose quand même, avec une sieste quasi obligatoire quotidienne. Chaque nuit, les enfants font le tour du cadran. Couchées à 21h, elles se réveillent naturellement après 9h. Cela me rassure de les voir dormir ainsi et me désole aussi. Cela veut dire que le rythme habituel, de l’école et de la course, doit les fatiguer beaucoup trop. Hier, nous avons dévalisé la bibliothèque, depuis, nous lisons des ouvrages sur le grand canapé, faisons des gâteaux, regardons des DVD ou jouons aux petits chevaux entre deux averses.

Lundi, j’ai vu une acupunctrice. Elle m’a planté quelques aiguilles pour régler divers petits maux et m’a donné des instructions pour faire tourner le bébé. Je suis à 34SA et ce petit coquin ne s’est pas encore retourné. Depuis, chaque jour, je fais chauffer de gros bâtons de moxa que je doit approcher, incandescents, de certains points méridiens du corps. Je prie pour que le bébé se retourne enfin, pour éviter la césarienne. Mais bizarrement, contrairement à ma précédente grossesse, où une césarienne aurait été un immense échec, celle-ci ne me fait pas peur. Bien sur, je préférerais accoucher à nouveau par voie basse, mais l’enjeu n’est pas le même, comme si l’accouchement de L. avait réparé celui de R. Bien sûr, j’ai des envies sur celui-ci, ne pas me laisser dépasser par la douleur, aller plus loin encore, comme une personne qui se prépare pour un marathon et sent l’excitation monter à mesure que l’épreuve approche, toute difficile qu’elle sera. Je serais déçue mais je pense que cela ne sera pas insurmontable. Peut être ce bébé le sait il. Il a ses raisons pour ne pas tourner, et j’essaye de l’amener, doucement, tendrement mais sûrement, à aller dans mon sens. Verdict dans quelques semaines !   

 

Commentaires

1. Le samedi, 5 mars 2016, 18:57 par Anita

Une bonne petite semaine donc !