Rêver à tout ce que je pourrais faire

Chaque jour qui passe, je bénis d’habiter au rez de chaussée.

Quand on a des enfants en bas âge et qu’on est enceinte, on mesure sa chance, surtout quand je compare avec nos voisins du 5ème, qui remontaient leur enfant, leurs courses et leur lourde poussette….Noël approche et comme à mon habitude, je ne suis pas avancée. Aucun cadeau commandé, des idées mais pas tout, bref, ce sera encore une affaire de dernière minute, et sans doute pas une affaire d’ailleurs ! Je sens que je vais encore me ruiner inutilement, que je vais faire des pas de coté, que je ne taperais pas toujours dans le mille. Et puis il y a tant de personnes à contenter ! Cela parait impossible et chaque année, je m’emmerveille des cadeaux imaginés pour les uns et les autres. Pourtant, je ne suis pas encore dans l’ambiance de Noel. Je voudrais faire tant de choses : des décorations dans la maisons, sur les vitres, faire un calendrier de l’Avent, mais comme chaque année, je me laisse prendre par le quotidien et je ne fais pas la moitié de ce que j’aurais aimé… Je suis toujours ébahie devant ceux qui font le centre de table, la couronne sur la porte, qui façonne chaque cadeau avec amour… Moi cela ressemble toujours un peu à une défaite, je dégaine la carte bleue, entasse les paquets et distribue en croisant les doigts pour que cela plaise à la personne. Le souci est que chacun chez nous offre des cadeaux à tout le monde. Cela donne une cacophonie et un déluge qui donne la nausée de présents parfois kitchissimes et donc pas toujours appréciés.

Cette semaine, je sens que le week-end va passer trop vite. Je voudrais aller voir mon amie G., lui apporter un peu de réconfort parce qu’elle est alitée, je voudrais aussi faire une exposition, terminer le livre merveilleux d’un ami qui écrit divinement bien, aller à un festival à coté de chez nous et me faire une séance de cinéma bien précise avec deux copines. Mais je sais très bien que jamais tout cela ne rentrera dans deux jours, avec l’impératif des siestes, des courses et de tout le reste. Mais cela ne m’empêche pas de rêver.

Commentaires

1. Le dimanche, 29 novembre 2015, 15:34 par clem

Et voir ta copine Clem? Tu avais oublié, hein?? :)

2. Le dimanche, 29 novembre 2015, 16:15 par Marloute

Et voir ma copine Clem.
Mais bien sur, je n'ai fait que la moitié. Haha.
et la séance de cinéma prévue est en train de tomber à l'eau par flemmingite aigue !

3. Le mardi, 1 décembre 2015, 12:06 par Anita

Tu me fais rire avec cette chronique d'une "défaite" (des fêtes ?) annoncée ! Ne t'inquiète pas, personne n'est parfait et rien n'est obligatoire dans ce domaine, c'est du pipeau ! Si tes enfants ont le sourire le jour de Noël, cela sera super !).
Bah pour les cadeaux inutiles, vous pouvez innover dans la famille, les autres seront peut-être aussi reconnaissants ! Non ?

Je suis allée voir "21 nuits avec Pattie" et je te le recommande !

4. Le mardi, 1 décembre 2015, 15:01 par Leeloolène

"21 nuits avec Pattie" : Anita, pourquoi le recommanderais-tu ?
Je suis tellement tellement dubitative après l'avoir vu que je serai totalement incapable de savoir si je le conseille ou pas :)

A la fois enchantée... et à la fois affligée ! Donc tes arguments m'intéressent !

5. Le vendredi, 4 décembre 2015, 19:55 par Anita

Leeloolène, j'ai aimé ce conte, véritable ode à la vie. Son ton bienveillant, fantasque, la légèreté. Je suis rentrée dans cet univers où tout paraît simple, la vie, les rapports entre les gens... La nature elle-même contribue au bonheur possible.
Mais je le sais, ce n'est qu'un conte !