Le chevalier

Hier soir, en rentrant du travail, j’ai à nouveau joué au chevalier blanc.

Sur mon trottoir, quelques mètres devant moi, un couple, jeune, environ 25 ans. Elle magrébine, lui noir, une sorte d’immense armoire à glace, tout en muscle. Il la tient par son sac à main, essaye de lui attraper le poignet. Elle tire et cherche à se défaire de son étreinte. Quand j’arrive à leur hauteur, au lieu de les dépasser, je m’arrête. Me plante devant eux. L’homme est surpris, il fait mine de rigoler « Arrête, tu vois bien que tu fais peur à la dame là, elle croit que je t’agresse, dis lui c’est bon. » Je regarde l’homme et m’adresse à la jeune femme « Ca va ? Tout va bien ? » L’homme répond à sa place « Oui ça va, c’est elle qui ne veut pas m’écouter. » Je réponds à l’homme « Je demande à la jeune femme si ça va ». « Oui, oui répond elle en dégageant son sac des grosses paluches de l’homme, c’est bon, je le connais ». L’homme s’écarte, comme s’il sentait que je n’allais pas bouger tant qu’il serait là, quitte à appeler la police. La jeune femme s’échappe en sens inverse, court vers le boulevard tandis que l’homme lui crie : « Non mais c’est juste une sale pute qui m’a trompé avec un de mes copains ». La jeune femme ne répond rien, elle continue de s’éloigner vite et crie dans ma direction : « Merci Madame ! ».

Pour une jeune femme sauvée d’une agression, combien prennent des coups, chaque soir, chaque jours, chaque minutes ?

Je rentre chez moi, songeuse et les poings serrés.

 

 

Commentaires

1. Le mercredi, 25 février 2015, 10:49 par Gilsoub

Un seul mot, "bravo"

2. Le mercredi, 25 février 2015, 12:09 par Leeloolène

J'ai passé la soirée au commissariat hier soir (rien de grave), et dans la salle "d'attente" des plaintes j'attendais avec une jeune nana au visage tuméfié, en sang... une autre femme avec trois enfants et des sacs pleins d'affaires faisant comprendre qu'elle était partie de chez elle (un mec est finalement venu la récupérer... lui hurlant dessus et l'insultant dans le commissariat devant 5 ou 6 policiers... qu'est ce que ça allait être une fois chez "eux", sans témoin ?!).
Deux "histoires" en 2h d'attente dans un commissariat un mardi soir... Combien d'autres par jour, par semaine, par mois.
C'est glaçant.

3. Le mercredi, 25 février 2015, 14:24 par Hermione

D'habitude je vous lis sans écrire mais là je suis obligée de laisser un commentaire. Savoir que vous vous débattez dans plein de doutes alors que vous êtes capable de CA ! Bravo Marloute, n'oubliez pas qui vous êtes, une femme magnifique et forte.

4. Le mercredi, 25 février 2015, 18:20 par Marloute

@Hermione et Gilsoub : oh c'est vraiment rien. Juste rester là bêtement, mais souvent ça fait la différence, je l'ai remarqué.
Leeloolène : c'est terrible. C'est si terrible que je n'arrive même pas à lire le "Projet crocodile" sans avoir envie de me pendre. Quelle société ! Quelle vie pour ces femmes et ces enfants.... On voudrait les prendre toutes sous notre aile....

5. Le jeudi, 26 février 2015, 06:40 par Valérie de Haute Savoie

Oui s'arrêter et rester à quelques pas, mais regarder fixement. Je le fais lorsque je tombe sur ce genre de situation, et c'est vrai que l'homme part, furieux, pestant contre cette salope qui l'a trompé mais il part et c'est l'essentiel. J'avoue que moi aussi je pars ensuite, la trouille au ventre, mais comme toi, je ne peux faire autrement.

6. Le jeudi, 26 février 2015, 22:07 par clem

Marloute, tu as une sacré paire de couilles! J'aurais tellement peur que le gars sorte un couteau!...

7. Le jeudi, 26 février 2015, 22:48 par Oxygène

Affronter un grand baraqué avec de grosses paluches,brrr! Chapeau bas Marloute !

8. Le vendredi, 27 février 2015, 20:57 par Anita

Oui chapeau bas Marloute, et merci pour toutes !