Moi aussi

Finalement, moi aussi, moi aussi je suis sortie.

Comme au bon vieux temps de la jeunesse fringante, j’ai arpenté les rues, le 31 octobre, au milieu des hordes de jeunes gens, déguisés en vampires, en sorcières ou en princesses. Je suis allée rejoindre A. et son amoureux, qui voulaient fêter leurs fiançailles par un petit repas en toute intimité au restaurant. Arrivée là-bas, j’ai constaté que je devrais manger de la viande : il n’y avait que 4 plats proposés sur la carte de ce soi disant « gastronomique », auquel je n’ai aucune envie de faire de la publicité. Des plats pas forcément très recherchés mais avec trois miettes dans l’assiette et une addition salée. Pour ne pas gâcher la fête, je n’ai heureusement rien soufflé de ma trop récente conversion et j’ai mangé mon canard avec plaisir.

Ce soir-là, j’ai beaucoup ri, beaucoup appris, et beaucoup raconté de blagues. A 23h, tout le monde partait se coucher. Moi, j’ai remonté la place de la République, avec ma jupette trop courte et mes collants un peu filés et je suis allée retrouver mon ami R. qui refaisait le monde avec une vingtaine d’amis dans un bar un peu caché. Là, jusqu’à la fermeture, j’ai parlé, parlé, parlé, avec des quadras principalement, hommes et femmes. Celui-ci est écrivain, celui-ci est parti 6 mois en combi traverser les états unis avec femme et enfant, celle là est pharmacienne et l’on parle des produits chimiques, celle-ci me raconte les week-ends entre copines qu’elles s’organisent une fois l’an et qui sont des respirations bienvenues dans sa vie de maman de trois enfants, celle-ci enfin m’explique à quel point cela a été difficile de faire son dernier bébé à 39 ans.

Je suis rentrée avec R. sa copine et une amie à eux. Nous avons essayé, un moment, pas longtemps, d’attraper un taxi, en même temps que tous les autres jeunes qui couraient plus vite que nous, puis nous avons pris un VTC, prépayé, à 11 euros la courses, soit 3 euros par tête, qui nous a ramené chez nous en 10 minutes à peine. Imbattables. Dans la voiture, j’ai tellement ri que je suffoquais, à cause de blagues nulles de R. et de l’humour terriblement efficace de sa compagne, que j’adore de plus en plus.

Le lendemain, je me suis levée tard, à 10h30.

R. faisait des crêpes avec son papa.

L. s’était rendormie pour sa sieste du matin.

J’étais avec eux trois, et j’étais bien.

 

 

 

Commentaires

1. Le lundi, 3 novembre 2014, 10:51 par Tetsuo

Le 31 décembre !!? Tu y as été en Delorean ?

En tout cas, ce billet est vivifiant, rempli d'énergie et fait plaisir à lire. Il faut savoir s'accorder ses parenthèses et si possible pas seulement une fois l'an.

Bien content de lire ça, en tout cas.

2. Le lundi, 3 novembre 2014, 11:37 par Marloute

@ Tetsuo : c'est drôle ce lapsus, c'est ma date officielle de reprise du boulot, mais comme ce matin, j'attends des news de la DRH, je crois que cela me trottais dans la tête ! Je corrige de suite !

3. Le lundi, 3 novembre 2014, 11:40 par Marloute

oh zut, je ne peux rien faire, je n'ai plus aucun accès aux billets une fois enregistrés, mon blog est tout cassé. Leeloolène réparera le bug quand elle sera rentrée.

4. Le mardi, 4 novembre 2014, 07:14 par valérie de Haute Savoie

Moi aussi j'ai eu un doute en lisant la date et puis je me suis dit que tu étais pressée d'arriver à la fin de l'année :D

5. Le mardi, 4 novembre 2014, 09:11 par Leeloolène

En passant ultra vite, j'ai fait la petite modif nécessaire. C'est free qui n'aimait pas la dernière version de Dotclear.
Allez zouu... je repars à mon marathon ;)

(joli billet, ça m'apporte une grande bouffée d'air pur dans le tumulte et c'est pas de refus....)

6. Le jeudi, 6 novembre 2014, 23:55 par Fauvette

Chouette, chouette, chouette