L'écriture ou la vie

Je traîne depuis bientôt 15 jours un rhume qui n’en finit plus de m’épuiser. C’est R. qui me l’a passé je pense, le même qui l’a conduite à faire une infection pulmonaire. Le mien est resté sagement dans les sinus, mais m’a littéralement pourri la vie.

Hier, inquiète de ma fatigue trop lourde, j’ai fait un saut chez mon médecin traitant. Tension à 10, tu m’étonnes que je me jette sur le siège du métro dès que j’en vois un de libre.

Y. rentre demain en fin d'après midi et moi, j’aurais encore un colloque dimanche. Il sera passionnant et je veux à tout prix m’y rendre. Mais mon corps, semblable à une pierre, me soutiens le contraire. On verra qui gagnera le match après demain. D’ici là, je ne vais pas trop forcer. Demain, quelques courses avec R. et nous filerons à la bibliothèque. Nous avons tout lu, tout vu. Il faut refaire le plein, repartir les bras chargés d’ouvrages, et lire, lire, lire, puisque je n’arrive à rien d’autre et que mon enquête piétine désespérément. Pfff, vivement que je m’y remette, enfin, enfin, ou que je trouve le temps, un temps, pour l’écriture. Ne pas écrire me tue, alors que c’est mon job tous les jours. Je ne sais pas comment font les autres.

 

Commentaires

1. Le samedi, 9 novembre 2013, 07:29 par julio

Tu remarqueras que les idées viennent mieux le matin que le soir ! Tu écoute l’émission de jean Claude Ameisen, sur les épaules de Darwin ? Ont peut être un grand grammairien et un mauvais philosophe, chacun sont métier dans la vie, mais tu remarqueras que les plus grands se sont ceux qui vive dans leurs chairs des expériences qui sont les plus grands pour transmettre en écriture ,le sentiment de la vie . Tous les plus grands sont de grands blessés des humains qui portent en eux une fêlure un traumatisme ou un handicape et il en est conscient. Nous sommes tous de grands blessés mais nous ne sommes pas tous capable de le transformé en richesse et avantage. Toi tu a déjà un avantage tu es une rédactrice, mais souvent le problème de celui qui sais bien écrire et qu’il cherche à faire de jolie combinaison et la vie et nos expériences elles ne sont pas de jolie combinaisons, mais des faits des blessures des souffrances, et il faut toujours rester au plus près de la réalité. Laisse ton esprit tranquille parcourir ton corps, sortir hors de toi volé dans l’espace ne le concentre pas que dans sa cage pour réfléchir. Le bonheur l’amour est justement des moments de lucidité sur soi et les autres et être indulgent et bien veillent avec soi et les autres.
Jean Claude a la voix le rythme les références et les sujets, il décrit les mondes dans notre environnement avec une puissance incroyable, mais il n’est pas seul il y a une équipe derrière lui qui débroussaille le chemin. Lui il est le chef d’orchestre et aussi un des musiciens du groupe ; a bon entendeur ! Donne le temps a ton corps de remonté a ton esprit se qu’il a emmagasine sa mémoire est tous puissante mais lui il te protège en se fermant il a peur que l’esprit ne pardonne pas alors que lui il la déjà fait !

2. Le samedi, 9 novembre 2013, 13:14 par Marloute

tu sais, c'est marrant, parce que je met souvent la radio le samedi et j'écoute jean Claude Ameisen. Mais la vérité vraie, c'est que je n'écoute pas. R. parle à longueur de temps, moi je réfléchis, j'écris ou je fais de la cuisine, ou je parle avec Y. et je n'écoute jamais. Je crois que les bonnes conditions pour écouter vraiment cette émission c'est la solitude. Peut être même l'habitacle d'une voiture. Et je crois que tu as raison pour l'esprit et le corps. Il faut laisser du temps, infuser les idées, avant d'écrire, mais moi je m'inquiète car je ne trouve pas le temps d'écrire. Je dois à tout prix le trouver, me forcer un peu pour y arriver enfin.

3. Le samedi, 9 novembre 2013, 13:14 par Marloute

tu sais, c'est marrant, parce que je met souvent la radio le samedi et j'écoute jean Claude Ameisen. Mais la vérité vraie, c'est que je n'écoute pas. R. parle à longueur de temps, moi je réfléchis, j'écris ou je fais de la cuisine, ou je parle avec Y. et je n'écoute jamais. Je crois que les bonnes conditions pour écouter vraiment cette émission c'est la solitude. Peut être même l'habitacle d'une voiture. Et je crois que tu as raison pour l'esprit et le corps. Il faut laisser du temps, infuser les idées, avant d'écrire, mais moi je m'inquiète car je ne trouve pas le temps d'écrire. Je dois à tout prix le trouver, me forcer un peu pour y arriver enfin.

4. Le dimanche, 10 novembre 2013, 09:12 par Valérie de Haute Savoie

Ouh là là JC Ameisen, je ne supporte pas sa voix, c'est viscéral, dommage parce que je suis sûre que son émission est passionnante, mais sa voix je ne peux pas :(
Bon sinon ma cocotte, pour ce type de rhume, l'homéopathie fait merveille, je le sais, c'est cela qui m'a sauvée il y a quelques années, d'une sinusite infectieuse impossible à guérir malgré des semaines d'antibiotiques divers et variés. Par contre te dire quoi prendre c'est difficile, chaque terrain est particulier. regarde sur internet (pour info ce qui me réussi est pulsatilla en 30CH) une dose le matin et une dose le jour suivant. Je sais, l'homéopathie fait hurler plein de médecins qui accusent de charlatanisme ceux qui la pratique, mais pour avoir vécu plusieurs situations invraisemblables miraculeusement guéries par elle, lorsque rien ne marche, je me tourne vers elle.

5. Le dimanche, 10 novembre 2013, 15:32 par Marloute

@ Valérie : contrairement à y a encore peu de temps, je ne vais pas hurler au charlatanisme. J'ai eu la chance, il y a un mois, de faire une formation de deux jours en homéo, avec un médecin généraliste super qui pratique depuis 28 ans. Si quelqu'un qui a fait 10 ans d'étude post bac n'y trouve rien à redire et soigne ses patients avec, je veux bien le croire plus compétent que moi. Tout ce qu'il me reste à faire, c'est de trouver un médecin homéo et d'aller le voir pour faire établir mon terrain. Mais cela fait un mois que je fais trainer, bien fait pour moi. J'ai pris coryzalia la première semaine, mais cela ne m'a pas fait un effet boeuf, d'où l'idée d'aller vraiment savoir ce qu'il me faudrait précisemment.