Un beau voyage

J’ai réalisé –enfin !- un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps : faire venir mes deux grands-mères sur Paris pour trois jours.

J’y pensais depuis mon arrivée sur la Capitale. Les deux connaissaient la ville pour y être allées au moins une fois, mais j’avais envie de leur montrer mon univers : l’appartement d’abord, puis le quartier, les Puces, dont je leur parle souvent, et mes amis, et les cafés et puis toutes les petites choses touristiques qu’on oublie vite en vivant ici : le bus de Montmartre, l’épicerie d’Amélie Poulain, et puis les quais de Seine, les Invalides et Orsay et prendre le frais au Jardin des Plantes. Je voulais les voir s’émerveiller sur le pont des Arts, boire une limonade fraîche au quartier latin, prendre une glace à Pigalle. Je voulais aussi discuter avec elles, les voir s’occuper de ma fille, lui donner ses repas, la prendre dans les bras quand elle était fatiguée, la faire jouer dans le bain. Je voulais voir leurs mains noueuses caresser les mains potelées de mon bébé, échanger avec l’une ou l’autre sur la cuisine ou les souvenirs de famille.

Nous avons fait tout cela.

Grâce à ma mère qui a accepté de monter avec elles deux, nous avons pu réaliser ce projet un peu fou.

Trois jours durant, avec ces deux femmes de 83 et 84 ans, arpenter Paris sous le soleil, prendre des taxis quand vraiment on étaient trop fatiguées, et marcher, marcher, marcher.

J’ai eu l’impression de vraiment plus profiter d’elles deux que quand on se retrouve à un repas de famille, et que les conversations sont si décousues.

Bien sûr, il y a eu des sautes d’humeur, des petites piques envoyées, de ma mère à la sienne ou vers sa belle-mère, ou l’inverse. Bien sûr, parfois, le programme ne plaisait qu’à l’une et pas à l’autre, mais au final, on a tant ri, tant admiré, tant souri, que cela restera – en tout cas pour moi- comme un beau voyage, un beau moment partagé.

Ce soir, je regarde les photos de nos trois jours, en buvant une bière fraîche, et je pense à elles trois dans le TGV et à tous les souvenirs qu’elles auront emmagasiné, et je souris.

 

Commentaires

1. Le mercredi, 17 août 2011, 22:06 par Valérie de Haute Savoie

Tu es une vraie douce personne.

2. Le vendredi, 19 août 2011, 17:20 par captaine lili

La grand-mère que je connais doit être très heureuse. :-)