L'article

Passé deux heures hier soir à travailler sur un article -bénévole- pour la revue d'un ami. Rendu mon papier ce matin, enquillé une journée de travail folie.
Aujourd'hui, reçu email détaillé avec milles modifications sur ledit article, à rendre pour le lendemain. Ce soir, j'ai entièrement remis mon travail à plat. Pris une feuille blanche, recommencé l'article.
Patiemment, calmement.
Résultat deux heures et demie après : une nouvelle version, plus profonde et plus compréhensible me semble-t-il que la précédente.
Question : "Vais-je devoir le réécrire une troisième fois?"
Pas impossible.
Heureusement qu’à mon travail, ça ne se passe pas comme cela !
Je deviendrais chèvre.

Commentaires

1. Le lundi, 1 mars 2010, 22:06 par Leeloolène

Moi je dis... j'aime bien quand Y. est en reportage... comme ça on a droit à plein de billets de ta part et ça c'est cooooool !!!

C'est R. qui te fait tout réécrire !! Ca m'étonne pas :)

bises :)

2. Le mardi, 2 mars 2010, 10:30 par Akynou

Hou, pour un truc gratos, ça fait beaucoup de travail :-) C'est la première journaliste femme, Hubertine Auclair, qui disais : « Ne travaillez jamais gratuitement. » Mais bon, parfois, c'est un conseil difficile à appliquer. On se laisse toujours tenter : amitié, faire avancer une cause…

3. Le mardi, 2 mars 2010, 14:32 par Leeloolène

Deux fois en deux jours qu'on parle d'Hubertine sur un blog que je lis :) C'est drôle ! Dans deux contextes complétement complétement différents !
http://poufpouf-entredeux.blogspot....

4. Le mardi, 2 mars 2010, 16:47 par Marloute

Leeloolène : oui, bien sûr, c'est pour R.

Akynou : je sais, mais comme tu dis, amitié, gnagnagna. Et puis il m'a toujours au charme!