Quelle affaire!

Les jours passent et j’ai du mal à croire qu’on soit déjà fin juillet. Je n’ai toujours pas de robe. Lundi soir, je suis allée dans une friperie, le patron, un gros maghrébin de 50 ans à la tchatche gouailleuse du titi parisien, m’a entraîné à l’écart, soi-disant pour me montrer de belles robes. En fait, il s’est pressé contre moi, me caressant les cheveux et me répétant que j’étais belle, que je le rendais fou. Pour un inconnu quelques minutes plus tôt, je me demandais bien ce que j’avais pu dire ou faire… Il m’a demandé de l’embrasser, de me serrer contre lui. Bien entendu, je ne l’ai pas fait, et j’ai cherché à m’en sortir, sans montrer de signes de panique, tout en continuant à lui parler et à plaisanter. Une fois sorti, je sentais encore son horrible parfum sur mes vêtements. Mardi soir, j’ai décidé d’aller chez HetM, bien mal m’en a pris : c’était le dernier jour des soldes et des hordes de femmes en sueur s’arrachaient les dernières tailles 46 ou 34. Je n’ai pas trouvé ma robe. Ce matin, c’était l’avant-dernière séance d’analyse. J’ai raconté l’épisode de lundi, pleuré un peu sur ma mésaventure, qui m’a ravivé la précédente, plus effrayante et puis je suis allée travailler. Ce matin, je dois vider les range dossiers sur mon bureau pour faire du tri et numériser les contacts des attachées de presse qu’on trouve sur tous les dossiers. J’ai déjà fait la moitié depuis début juillet. Mais ce matin, j’ai plutôt envie de traîner, de flâner et de parcourir les petites rues de Paris, pour trouver LA robe… Quelle affaire !

Commentaires

1. Le jeudi, 30 juillet 2009, 18:18 par Rocksane

J'adore ce genre d'article : bien écrit, moderne, râleur, cruel, féminin. Reste à fouiller dans son armoire pour trouver un vieux jeans Levis à assortir avec un petit haut charmant :)

2. Le jeudi, 30 juillet 2009, 21:07 par Leeloolene

Un gros porc pareil est à dénoncer immédiatement aux flics... Car il ira de plus en plus loin dans ses attouchements si personne ne lui dit rien. Je sais que c'est facile de te faire la morale comme ça alors que tu es victime d'un salaud pareil... mais un mec comme ça, il faut lui couper les couilles et rien d'autre.
Gerbant...

3. Le samedi, 1 août 2009, 17:22 par julio

Tu ne connais personne pour luis cassé la figure ?
Moi j’aime bien frappé !
Tu a était très courageuses sais pas mal, il y a des filles qui aurais était terrifié !

4. Le vendredi, 7 août 2009, 05:35 par Valérie de Haute Savoie

Eurkkkk ! Heureusement que tu as pu en parler en analyse, mais cela a dû réveiller de sales souvenirs.

5. Le dimanche, 9 août 2009, 00:26 par Akynou

Gros beurk…
Sinon, ça me rappelle ma propre robe de mariée. J'avais couru tout Paris pour trouver une robe. J'en avait de très belles, mais ma mère et ma belle-mère voulait absolument que je m'achète une robe pour ce jour-là. Galeries Lafayette, Printemps, boutiques en tout genre… Je me suis rabattue sur Prénatal. J'étais enceinte de sept mois ;-) Je ne pouvais pas faire mieux. Eh bien ma mère a trouvé à y redire : "Elle n'a rien trouvé mieux que d'acheter une robe de grossesse", a-t-elle dit à ma sœur. Ben voyons, que voulait-elle que je trouve pour caser mon gros ventre… :-)
Tout ça pour dire que trouver une robe pour les jolies occasions, c'est pas facile…
Sinon, je reviens au gros beurk ; je suis d'accord avec Leeloolène, tu aurais dû porter plainte. Il faut arrêter avec ces trucs infernaux et c'est la seule façon.