Une bonne soirée

Je suis bien.

Ce week-end, je suis retournée en Savoie. Aix les bains, Chindrieux, Rumilly, Chanaz, le lac du Bourget et le très beau canal de Savière sur lequel donne la maison de mon oncle et ma tante. J’étais heureuse de faire un week-end famille, avec tout le monde. Nous avons fait des barbecues, une compétition de karting toutes générations confondues, puis j’ai emmené Y. sur le canal, à bord d’un canoë. Je lui ai expliqué comment diriger le canoë pour qu’il n’aille pas dans les roseaux, puis je lui ai montré : les foulques macroules et leurs bébés au ventre argenté, les canetons duveteux de colvert, les grèbes huppés encore en habits de parades amoureuses, les cygnes mauvais qui soufflent quand on approche trop du nid. J’aurais voulu dénicher une couleuvre vipérine pour lui montrer son œil rond comme une bille, ou un faucon crécerelle pour qu’il connaisse la position du Saint Esprit
Mais il aurait fallu rester plus longtemps, partir avec une tente, le long de la rivière et s’arrêter le soir pour monter un campement, comme je l’ai fais tant de fois en Guyane. Nous n’avions pas le temps, ce n’était qu’un week-end de deux jours. Mais c’était suffisant pour voir nos deux familles, régler des choses pour le Pacs, parler aux uns et aux autres. En rentrant dans le TGV, j’ai lu deux livres : l’excellent "Born to be a larve" de Boulet et Manuel de la mauvaise mère de Kate Long.

Ce soir, je me suis fait un bain de pied froid pour mes pieds enflammés (les sandales à talons sont des instruments de tortures perfectionnés) et je travaille sur mon livre, car l’éditrice m’a envoyé un mail ce matin pour me presser un peu. Y. a failli partir à Los Angeles vendredi puis au Comores ce matin. Ce soir, j’apprends qu’il reste à Paris, (pour l’instant), mais ne reviendra pas à la maison avant tard.
Alors, je sais que je pourrais regarder l’un ou l’autre des documentaires pris ce soir à la bibliothèquela télévision de Pierre Bourdieu (merci Akynou de m’en avoir donné l’envie !) ou La voix de son maître, sur le discours du patronat.

Une bonne soirée en perspective !