De l'organisation

J’aère mon appartement. Je suis en train d’écrire un article sur les polluants de la maison. Chez moi, j’aère depuis maintenant un an régulièrement, 10 à 15 minutes, chaque pièce, matin et soir. Un bon moyen de réduire un peu le volume des COV, produits bromés, moisissures que mon intérieur pourrait contenir.

Hier soir, j’ai invité un couple d’amis pour un repas grec. J’ai fait du tadziki un peu trop liquide, des cailles bardées de lard et fourrées aux raisins, des feuilletés fromage feta de là-bas et du turron en dessert avec des tranches de mangues. Les amis étaient enchantés, Y., qui adore les cailles, aux anges et moi vraiment heureuse d’avoir réussi mon premier repas grec ! Ce matin, j’ai pris un livre à la bibliothèque sur la cuisine grecque. J’espère que j’arriverais à faire d’autres petites choses.

Mon retour de vacances a été chaotique.
J’ai été prise dans un tourbillon de choses à faire/mails en souffrance/questions à répondre. Submergée, je me suis laissée envahir par le stress. Y. qui ne travaille pas en ce moment, en a fait les frais.
Crises de colère, engueulades, mauvaise humeur, bouderie, claquage de porte, il vient de vivre deux jours d’enfers. Après une ultime dispute, Y. me demande ce qui se passe, car vraiment, vraiment, je suis infernale. On en discute longuement. Il me dit de ne pas me laisser envahir, d’apprendre à hiérarchiser et surtout à classer les choses à faire par priorités. Je suis toute étonnée. Je n’avais jamais pensé à « classer » les choses à faire. Y. me dit de me concentrer sur le « boulot payé » et de toujours traiter cela en priorité. Les blogs à écrire, les critiques, les livres à lire, le travail associatif,… je fais ça ensuite, quand j’ai envie, quand j’ai le temps. Je ne dois pas placer tout sur le même plan. Une fois qu’il m’a expliqué cela, je me sens plus légère.
Non, cette rentrée n’est plus une sorte d’avalanche.
J’avance par « micro-bouts »… et cela fonctionne !
Pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ? Mystère…

Commentaires

1. Le dimanche, 9 mars 2008, 18:26 par clem

voilà un bon pragmatique! bravo! c est très utile ce genre de personnes, quand on se sent submergé. Ton Y. a l air d être parfait pour toi, ne l oublie pas, essaie de ne pas trop lui en faire baver quand tu craques ;)

2. Le lundi, 10 mars 2008, 09:26 par Marloute

Oui, oui... le pauvre le pauvre.
Heureusement que l'analyse me sert aussi à gérer ces "crises de colère"....