La réponse d'autres


La réponse de Leeloolène :

"La première qui me vient à chaque fois à l'esprit quand je lis tes plaintes sur ton blog à ce sujet... c'est que "peut être", tu mets ce métier sur un immense piédestal. Quelque chose de totalement inaccessible. Totalement hors de ta portée. Tu en fais un "but", un "au-delà" qu'un jour tu atteindras. Je ne sais pas si je me trompe... mais à chaque fois c'est cette explication qui me vient, elle doit donc être un DEBUT d'explication.

Le journalisme au fond c'est quoi ? Une simple extension de ce que tu as TOUJOURS fait de manière merveilleuse sur tes carnets. C'est quoi ? C'est raconter. C'est montrer. C'est expliquer. D'ailleurs pourquoi "n'importe qui" peut s'improviser pour écrire des articles ? Des anciens scientifiques. Des gens qui voyagent. Des témoins d'événements. Parce que "journaliste" c'est RACONTER. C'est dire. C'est témoigner. Pas grand chose de plus. C'est rassembler des idées, les mixer et les ressortir par écrit (dans ton cas). Et toi là dedans. Eh bien tu imagines mal faire. Tu imagines ne pas être à la hauteur. Parce que tu as mis sur un sommet ce "mythe que tu créés du journalisme".

Et c'est là que la deuxième explication arrive. Est ce que tout simplement tu te sens si mauvaise et autant pas à ta place parce que tu n'évolues pas sur des sujets qui ne sont pas TOI. Des sujets qu'au fond on t'impose... et sur lesquels tu es obligée de plancher ? Ca pourrait être totalement vivable... si ces sujets étaient rattrapés par des sujets que TU as choisi, dans lesquels TU te plais, et qui T'épanouissent ? Ou bien, ou bien... Ce n'est finalement pas ce métier qu'il te faut. Ce n'est pas ce que tu souhaites faire. Et au fond, ce n'est pas ma théorie :)
Je crois qu'il faut que tu vives le "journalisme" de manière plus "simple". Plus détachée. En revenant sans cesse à la définition que j'en donne. Je RACONTE. J'amène sur un plateau des mots à des gens qui veulent apprendre sur ce sujet. Et pas "je fais un but ultime du JOURNALISME". Sorte de statue que tu as créée autour de ce métier. C'est vraiment l'impression qui ressort quand je lis tes billets sur le sujet.
Alors je ne sais pas si tu me suis dans cette explication. Je ne sais pas si tu vas trouver juste ce que je dis.... mais une chose est sûre, il faut comprendre pourquoi tu te sens mal dans un milieu qui au fond te correspond d'une certaine manière. J'aurai tendance à dire... que c'est TOI qui doit créer la journaliste que tu veux être. Tu n'as pas à te claquer à des grandes images que l'on te donne. Regarde les palettes de gens qui sont Journalistes. Un PPDA a t il à voir avec un localier d'un journal d'entreprise ? Un journaliste de guerre a t il le moindre point commun avec une journaliste mode de ELLE ???
Non... car ils ont la fonction de journaliste, mais on créé, LEUR journalisme. Tu vois ce que je veux dire. Toi Marloute, tu vas être Journaliste-Marloute. Et pas Journaliste-ce-qu'on raconte dans les livres, dans les congrés, dans les AG... TU es Marloute qui a SA manière d'écrire, qui a SES sujets de prédilection. Malheureusement, pour vivre, tu dois te modeler dans certains moules. Tu dois être la journaliste éplorée pour Maxou. Tu dois être la journaliste grand public pour Ca m'intérousse.
Et quand t'éclates-tu ?? Quand tu es la journaliste qui fait une interview sur un sujet qui t'intéresse. Quand tu propose à R. un sujet que TU as envie de mener et que TU prends plaisir à élaborer.
Ca part un peu dans tous les sens... mais je crois qu'il faut vraiment que tu dissocies ce que L'ON te fait faire... et ce que TU fais. >> Les sujets que tu es OBLIGéE de traiter, mais qui te gonflent. Comme à l'école, quand tu es obligée d'aller dans les cours de physique mais qui te gonflent. Mais au fond ces cours de physique que l'on t'a imposée... c'est ce qui t'a permis aujourd'hui d'avoir l'ouverture d'esprit sur certains autres thèmes, une certaine culture générale...
>> Les sujets que TU veux traiter, que tu auras sûrement du mal à vendre mais dans lesquels tu vas t'épanouir. Et ces sujets il faut quand même, et même si tu les vends pas chers, il faut les vivre comme ta passion.
Dissocier le journalisme-pour-manger et le journalisme-où-tu-t'éclates. Au fur et à mesure... dans la balance, tu refuseras de plus en plus des sujets-pour-manger. Parce que tu ne voudras plus et tu n'auras plus besoin d'aller faire un sujet sur les diabétique orphelin du sida- oui mais on voulait un angle joyeux et tu tournes ça larmoyant. Et là... Tu diras. RIEN A FOUTTRE. Votre sujet est intraitable. Je ne souhaite pas le faire. Tu ne t'auto flagelera plus comme malheureusement tu es obligée en ce moment pour faire ton trou, pour t'imposer dans certaines rédacs.
Voilà telle que je vois la situation. Telle que je suis sûre aussi qu'elle va évoluer... et telle que tu y trouveras ton plaisir un jour. Pas si lointain sûrement.
Et là... tu auras le loisir de plancher sur des trucs passionants. De dire à des rédac chef de merde, que leur sujet qui va passionner Mme Michu, ben TOI tu n'en veux pas ! Que TOI c'est pas ça.
Bon... et puis ton escapade dans la forêt... moi, ben j'aurai bien passé une nuit à me faire peur la nuit. ! Parce que ce n'est pas quand tu auras 3 gosses, 2 labradors et un Scénic, que tu pourras te lancer dans des délires pareils (délire pas au sens péjoratif du terme). Et puis c'est un témoignage pour ton article. Et puis, tu as besoin de ça pour prouver que tu es vivante ? et alors ? Pourquoi les gens sautent à l'élastique ?
Bon bon... j'aurai encore des centaines de choses à te dire. J'attends déjà ta réponse à ce mail (ou pas d'ailleurs !).
A très vite. Et surtout surtout. Vis tel que TOI tu en as envie. Sans avoir peur des conséquences éventuelles. Sans savoir si c'est bien, c'est mal, qu'est ce qu'ils vont en penser... Vis à l'instinct. Jusqu'à présent... j'ai l'impression que ça t'a plutôt réussi non ? :)"

Commentaires

1. Le jeudi, 25 octobre 2007, 18:22 par Leeloolène

OH lalalala !!! Mais tu as tout recopié ici :) Mais... euh... c'est pas un peu idiot ce que je dis pour mériter un billet ?!
:)

2. Le jeudi, 25 octobre 2007, 18:31 par Marloute

Bhin non, c'est cohérent! C'est du brut de conseils de décoffrage de la mort qui tue ! Attends, moi aussi je vais mettre mon grain de sel!
3. Le jeudi, 25 octobre 2007, 18:38 par Leeloolène

Ah ! Je viens d'avoir ton message... en fait j'avais laissé mon portable en studio... oups... et il a sonné en plein interview... oups !! Ils l'ont coupé au moment où il se mettait à bipper :) et je viens seulement de le récupérer.
Donc oui... OK pour la mise en ligne... il y a des passages un peu longuets... mais bon c'était sous l'impulsion ! Waaalaaa !

4. Le jeudi, 25 octobre 2007, 18:41 par Leeloolène

Tient ! Regarde ce que ma soeur vient de publier d'ailleurs : sophizzy.free.fr/index.ph... Je suis sûre que tu vas apprécier :)
D'ailleurs je fais un peu de pub ;) pour lui envoyer de nouveaux lecteurs !

5. Le vendredi, 26 octobre 2007, 18:01 par Akynou

Je comprends ce que dis Leeloolène et je suis d'accord quand elle dit que tu mets ce métier sur un piédestal sur lequel il ne devrait pas être. Journaliste, c'est un métier. Pas une fonction et encore moins une fonction honorifique. Ce n'est pas de la création, ce n'est pas de l'art, et c'est souvent faire le tacheron.

Mais je ne suis ABSOLUMENT pas d'accord avec sa définition du journalisme. Le journalisme, ce n'est pas raconter. Ce sont les écrivains qui racontent. Ce n'est pas l'écriture qui fait le journaliste. C'est sa capacité à traiter une info, à la vérifier et à la mettre à la disposition du public.

Des tas de gens peuvent faire des chroniques dans un journal, ils ne sont pas journalistes pour autant. Pour devenir un journaliste, il faut apprendre son métier, que ce soit à l'école ou sur le tas, qui est de traiter l'info, la vérifier et la donner au public. c'est d'ailleurs pour cela que des photographes sont journalistes, que des secrétaires de rédaction le sont. Que des maquettistes aussi. Parce qu'ils traitent l'information, la hiérarchisent, etc.

Mais en aucun cas ils ne racontent. Ce sont des contes que l'ont raconte. Et les contes sont des fariboles, jolies sans doute, mais pas vraiment réelles. :-)