Des nuits parisiennes

Evidemment, quand on va à une soirée chez un ami d’ami, on hésite à inviter tous les gens qu’on connaît. Au début de la soirée, on discute à 5 avec des gens très bien habillés, voir trop, un peu bon chic bon genre. Et puis des copains arrivent. Là, la soirée prend un autre tour. Je bois un punch, deux, et des bières. Je suis complètement euphorique. Y. triture son verre en plastique.
Minuit, 1 heure, passent.
Les copains partent.
Je vais dans la chambre, où une "contre-soirée" s’organise. Les gens sont jeunes, à moitié déguisés. Un couple s’embrasse sur le lit, au milieu des manteaux. Je vais me lover près d’eux. J’aime être avec des couples, leur amour me protège. Un musicien sort une guitare. Un autre un tambourin. Un bœuf s’improvise. La sonnette de la porte encore. Les voisins, furieux. On improvise une chanson « We want to make noise » Il est 2 heures du matin. La sonnette sonne encore, ce coup ci, ce sont des anglais qui arrivent. Et puis des gens de la nuit parisienne, des ces gens qu’on voudrait suivre partout où ils vont, car de Paris à NY, ce sont eux qui font la nuit. Il y a lui qui chante, et lui et lui et enfin lui. Et des tas de jeunes gens beaux, bien habillés.
Je suis heureuse d’habiter ici.